Service client.e.s : 0806 110 135

Mae Jemison, première femme astronaute Afro-Américaine

Ma Planète

Régulièrement, Luneale te propose le portrait d’une femme inspirante, connue ou qui gagne à l’être.

Pour inaugurer cette rubrique, nous avons choisi de mettre à l’honneur Mae Jemison, la première femme astronaute Afro-Américaine, pour son parcours de vie incroyable, ses réussites et ses engagements. 

Des convictions et des envies qui naissent dès l’enfance.

Mae Carol Jemison est née le 17 octobre 1956 à Decatur dans l’Alabama (États-Unis). Sa mère est professeure d’anglais et de mathématiques, son père est employé dans un organisme de charité, et c’est la cadette d’une fratrie de 3 enfants.

Ses parents décident de partir vivre à Chicago alors qu’elle n’a que 3 ans pour offrir de meilleures opportunités à leurs enfants. Ils emménagent dans un quartier où la guerre des gangs fait rage et où sa mère se bat chaque jour pour que ses enfants restent dans le droit chemin.

Stimulée par cette mère-lionne qui la pousse à se surpasser, à chercher les réponses par elle-même, Mae commence à se passionner pour les sciences.

Au bout de quelques temps, la famille déménage vers un quartier où Mae est l’une des seules enfants d’origine Afro-Américaine, et où elle subit les moqueries de ses camarades.

Après l’assassinat de Martin Luther King, les émeutes éclatent. Elle prend conscience qu’en tant que femme noire, elle devra travailler plus pour atteindre ses objectifs.

A l’adolescence, les comics et les séries de science-fiction comme Star Trek lui donne des envies d’espace. Lors de la mission Apollo 11, alors que le monde entier est fasciné par les premiers pas de Neil Armstrong sur la Lune, Mae Jemison se souvient s’être agacée qu’il n’y ait aucune femme parmi les membres de l’équipage.

Elle a alors 13 ans, et déjà des convictions féministes et égalitaires très fortes…

En parallèle, elle se passionne pour la danse et pratique assidûment la danse africaine, le jazz, le classique ou encore la danse moderne. À 14 ans, elle décroche un rôle dans le ballet West Side Story et souhaite devenir danseuse professionnelle. Mais sa mère l’encourage à garder la danse pour passion et à diriger ses études vers les sciences.

 

Tu devras travailler dur, mais tu seras récompensée.

A 15 ans, Mae Jemison obtient le 1er prix du concours de sciences de la ville de Chicago après un exposé au lycée sur une maladie génétique touchant particulièrement les Afros-Américains.

A la fin du lycée, elle obtient une bourse nationale du mérite qui lui permet d’intégrer la prestigieuse Université de Stanford, en Californie.

Là encore, elle subit le racisme et le sexisme de la part de certains enseignants et étudiants. Cependant, grâce à son caractère affirmé et à son travail acharné, elle réalise un parcours brillant et 4 ans plus tard, elle obtient un double diplôme d’ingénieure en Génie Chimique et en études Afro-Américaines (spécialisée en Swahili, danse africaine, politique subsaharienne et … Russe)

Elle continue ses études en intégrant la Cornwell University de New-York, où elle obtient son diplôme de Médecine tout en ayant contribué à l’élaboration d’un vaccin contre l’hépatite B.

Mae est aussi une femme engagée : elle effectue plusieurs voyages humanitaires à Cuba, au Kenya ou encore en Thaïlande, dans un camp pour réfugiés cambodgiens, puis en 1981, elle intègre les Peace Corps au Libéria puis en Siera Leone en tant que médecin.

 

Viser la Lune.

En 1983, coup de tonnerre : Sally Ride est la première femme astronaute à se rendre dans l’espace.

Inspirée par ce « nouveau possible », Mae Jemison commence à postuler aux campagnes de recrutements de la NASA.

Ce n’est qu’après 4 ans qu’elle intègrera le programme d’entraînement de la NASA à Houston. C’est déjà un grand pas puisqu’elle est la première femme noire à franchir cette étape.

Puis le 12 septembre 1992, elle réitère l’exploit en devenant la première femme noire à effectuer un séjour dans l’espace, en réalisant la mission STS-47 avec la navette Endeavour : accompagnée de 6 autres personnes, elle va pendant 8 jours, réaliser diverses expériences. Pour ce voyage, elle emporte avec elle une photo de Bessie Coleman, la première femme noire à avoir obtenu un brevet de pilote.
À son retour, elle déclarera à la presse que les femmes et les personnes issues de minorités peuvent contribuer à l’avancée de la société si l’occasion leur est donnée.

Aller plus loin que ses rêves.

Un an après son séjour dans l’espace, Mae Jemison démissionne de la Nasa.

Elle fonde sa propre entreprise, le Groupe Jemison, avec laquelle elle mène des recherches et développe des technologies au service des problématiques sociales. 

En parallèle, en l’honneur de sa mère et de son acharnement durant ses jeunes années, elle crée la Fondation Dorothy Jemison. Son projet The Earth We Share organise des camps scientifiques internationaux où des jeunes de 12 à 16 ans travaillent à résoudre des problèmes actuels globaux

Elle enseigne aussi les sciences de l’environnement et travaille à des projets de recherche et de développement sur le système nerveux.

Et la boucle a vraiment été bouclée, puisqu’elle a joué dans un épisode de Star Trek !

Pour terminer ce portrait, nous vous proposons de lire des paroles de Mae Jemison, qui sont tellement justes : 

« Une grande partie de mon travail tourne autour de la question suivante : comment inviter plus de personnes à s’intéresser aux sciences ? Comment faire pour qu’il y ait davantage de femmes à des postes académiques, dans les écoles ou les universités ? Au fond, chaque enfant peut apprendre et accomplir des choses. Mais c’est ce que nous attendons d’eux qui conditionne leur ambition. Il faudrait réfléchir à nos façons d’amener plus de personnes vers les sciences. Quels types de laboratoires nous installons dans leurs classes ? Comment susciter la curiosité des petites filles en leur posant des questions et en les invitant à creuser pour trouver les réponses ? Ce n’est pas en passant notre temps à leur dire d’être mignonnes et de ne pas salir leurs vêtements que les choses vont changer. »

Bravo, et merci Madame Jemison ! 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu peux t'abonner

LES BEST-SELLERS Luneale

La Cup Luneale

Pack Découverte

Le Roll-On